La Deutsche Bank accorde un prêt bancaire contre… 125 000 meules de parmesan

Un fromager italien a obtenu un emprunt de 27,5 millions d’euros auprès de la banque allemande garanti par du parmesan, rapporte « Courrier international ».

 

Un accord pour le moins insolite. Lundi 28 septembre, la société italienne Ambrosi a contracté un emprunt inédit auprès de la Deutsche Bank, rapportent le quotidien allemand Handelsblatt et Courrier international. Le fabricant de fromage s’est en effet vu octroyer un prêt de 27,5 millions d’euros garanti par… 125 000 meules de parmesan et grana padano.

Une somme qui devrait permettre à l’entreprise de « construire une nouvelle cave de fermentation pour la production de fromage », explique la banque.

Des meules d’une valeur de 550 à 740 euros

La Deutsche Bank a fait valoir son statut de plus grande banque étrangère implantée en Italie et ses relations « étroites » avec de nombreuses PME. « Surtout, pendant l’actuelle crise pandémique, nous voulons aider nos clients à sécuriser et à développer leurs activités », se félicite la banque. D’autant plus que cette dernière ne prend pas vraiment de risque dans cette opération, puisque chaque meule de garantie vaut entre 550 et 740 euros.

Si le prêt au parmesan constitue une première en Allemagne, il est, en revanche, pratiqué depuis 1953 par la banque italienne régionale Credito Emiliano. Cette garantie insolite a d’ailleurs fait l’objet d’une étude de cas de la Harvard Business School, intitulée « Banking on Cheese ». Mais cette opération ne devrait vraisemblablement pas se répéter avec d’autres produits. La Deutsche Bank indique en effet que, contrairement à de nombreux aliments, le parmesan est un mets « relativement standardisé et de longue conservation », plus aisé à revendre en cas de problème.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*