Toulouse: Mais c’est quoi cette expo de crânes précieux à faire peur?

Gothique, la baronne Henri de Rothschild ? Son étonnante et déroutante collection de crânes miniatures est exposée à Toulouse. « Même pas peur »…

 

Une épingle de cravate électrique mise au point par Gustave Trouvé.

Des crânes miniatures montés en broches, en épingle à cravate, ornant une tabatière, en ivoire, en métal ou en cristal de roche pour la déco de la commode… A croire qu’une réplique du manoir de la Famille Addams vient d’ouvrir dans la Ville rose.

 

En fait, cette inquiétante collection de 180 crânes est exposée dans le prestigieux Hôtel d’Assézat de la Fondation Bemberg. Et elle a été réunie au début du XXe siècle par la très fortunée baronne Henri de Rothschild (1874-1926).

 

Alors pourquoi Mathilde de Weisweller de son vrai nom, femme « moderne » et connue pour avoir été une des premières Françaises à obtenir son permis de conduire, s’est-elle entichée de petits crânes précieux venus du monde entier ?

 

Baronne rebelle

 

Sophie Motsch, attachée de conservation au musée des Arts décoratifs de Paris, propriétaire de ce legs iconoclaste, reste prudente. « Probablement une volonté de se démarquer de la famille de son mari, les Rothschild, suggère-t-elle. Peut-être a-t-elle voulu, à son niveau, à son échelle et avec sa fantaisie, collectionner des objets qui étaient plutôt méprisés »

 

 

Cette noble rébellion est au centre de l’exposition « Même pas peur » jusqu’au 30 septembre. La Fondation Bemberg a immergé les crânes dans un « parcours des Vanités » jalonné d’autres œuvres de sa collection permanente pour évoquer « la fragilité de la condition humaine et du temps qui passe ». Au bout du bout, il ne reste qu’un crâne.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *